Musique électroacoustique

Genres et catégories [G&C]

 ]

Ce terme générique est apparu à la fin des années 50 et sa définition a provoqué de nombreux débats dans les milieux universitaires et musicaux. De plus, il existe une définition spécifique dans le domaine de l’ingénierie sonore (voir le 2 ci-dessous). Pour simplifier, il a été adopté comme terme générique regroupant les activités des compositeurs de musique concrète, de tape music et de musique électronique qui y ont vu un point de convergence entre ces différentes pratiques jusque dans les années 60 et 70.

Le terme a commencé à être utilisé au Royaume-Uni et au Canada durant les années 70. Du côté de la France, il a été employé, avec d’autres termes, à la place de musique concrète. Notons, qu’il n’a jamais été en usage aux Etats Unis, pays dans lequel les termes electronic music, tape music et computer music ont toujours été utilisés. Toutefois, récemment, il a commencé à y faire son apparition. Actuellement, il est largement employé dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique du Sud.

Plus récemment, et en particulier au Canada, le terme électroacoustique a été adopté à travers l’expression Electroacoustic Music Studies qui met l’accent sur le côté interdisciplinaire de cette pratique (voir le 4 ci-dessous).

Certains défendent l’idée que ce terme est trop évasif et, par conséquent, devrait être abandonné. D’autres le préfèrent pour son caractère générique (voir le 1 ci-dessous). La langue anglaise a vu apparaître l’usage des termes Sonic Art et Electroacoustics à la place de Electroacoustic Music. De même, la langue française a développé plusieurs autres termes tels que art des sons fixés (Michel Chion) et musique acousmatique (terme proposé par François Bayle au début des années 70 afin de remplacer musique concrète et de désigner plus précisément sa propre esthétique musicale dans le vaste champs de la musique électroacoustique).

Les quatre définitions suivantes résument ces nuances :

  1. Le terme musique électroacoustique désigne tout type de musique dans laquelle l’électricité a un rôle autre que la simple utilisation du microphone ou de l’amplification pour la production de cette musique. (Source - Leigh Landy (1999). Reviewing the Musicology of Electroacoustic Music. Organised Sound Vol. 4, No. 1. Cambridge: Cambridge University Press: 61-70)
  2. Adjectif décrivant tout procédé de conversion d’un signal acoustique en un signal électrique et vice et versa. Pour ce procédé, on utilise généralement des microphones et des haut-parleurs. Bien que le terme désigne plus précisément la conversion d’un signal acoustique en un signal électrique et vice et versa, il est aussi employé dans le cas de procédés de génération ou de manipulation électronique d’un signal sonore. Cette pratique comprend les techniques de synthèse sonore électroniques ou numériques. Lorsque le propos de telles manipulations est d’ordre artistique, le résultat est généralement nommé musique électroacoustique. (Source: Barry Truax - Handbook for Acoustic Ecology CD-ROM Edition. Cambridge Street Publishing, 1999 - CSR-CDR 9901)
  3. Musique dans laquelle la technologie électronique, désormais utilisée avec des ordinateurs, est employée pour accéder à, générer, explorer ou manipuler des matériaux sonores. De plus, dans cette musique, le haut-parleur est le principal médium de transmission. Il existe deux genres : la musique acousmatique et le live electronic. La musique acousmatique est exclusivement composée pour une écoute sur haut-parleurs et n’existe que dans sa forme enregistrée (sur bande, sur disque compact ou sur le disque d’un ordinateur). Dans la musique live electronic, la technologie est employée afin de générer, transformer ou déclencher les sons (ou des combinaisons de sons) lors d’une performance ; ce genre peut inclure l’utilisation de voix, d’instruments traditionnels ou électroacoustique et de tout autre appareillage relié à un système informatisé. Ces deux genres impliquent une transmission du son à l’aide de haut-parleurs et une œuvre électroacoustique peut combiner des éléments acousmatiques et des éléments créés en direct. (Source - Simon Emmerson, Denis Smalley (2001). The New Grove Dictionary of Music and Musicians - Seconde Edition. Ed. Stanley Sadie.)
  4. (Electroacoustics) Utilisation de l’électricité pour la conception, la réalisation d’idée, la création, le stockage, la production, l’interprétation, la distribution, la reproduction, la perception, la cognition, la représentation, l’analyse, la compréhension et/ou la conceptualisation du son. (Source - Kevin Austin, with an acknowledgement to Michael Century)

 

Links

UNESCO DigiArts

- Music using technology ( English , French )

 

Bibliography:

English - Español - Français - Deutch - Italiano

Alphabetical order - Chronological order

1-60 | 61-120 | 121-180 | 181-240 | 241-300 | 301-360 | 361-420 | 421-480 | 481-540 | 541-600 | 601-636 | >> 60 next

Pallandre, Jean (2001). Invention et pédagogie
Parmegiani, Bernard, Gayou, Evelyne (2002). Mots de l’immédiat
Piché, Jean (2003). De la musique et des images
Racot, Gilles (2002a). Un pont entre des mondes
Racot, Gilles (2002c). Subjestuel suivi de partition
Racot, Gilles (2002d). Anatomies d’écoutes
Racot, Gilles (2002d). Du traitement sonore à l’écriture
Racot, Gilles, Gayou, Evelyne (2002). Devant le son que prennent les choses
Racot, Gilles, Teruggi, Daniel, Favreau Emmanuel, (1999). Évolution des outils, évolution des idées
Radigue, Éliane (1972). ... dans la réalité d’un entretien avec Éliane Radigue
Redolfi, Michel, Zanési, Christian (1996). Entretien avec Michel Redolfi
Reibel, Guy (1976). Rôle du {Traité des objets musicaux} de Pierre Schaeffer dans l’enseignement de la musique électro-acoustique
Reibel, Guy (2002). A propos de {De Natura Sonorum}
Reibel, Guy, Mâche, François-Bernard (1978). Guy Reibel
Reibel, Guy, Pacqueteau, Jean-Marie (1972). Les étapes de la réalisation en musique électroacoustique
Rémus, Jacques (2004). La sculpture sonore, pratique artistique en recherche de définition
Renouard Larivière, Régis (2002). Bernard Parmegiani, matière et continuité
Rey, Anne (2002). Pierre Henry dans son bel aujourd’hui
Risset, Jean-Claude (1985c). Le compositeur et ses machines. De la recherche musicale
Risset, Jean-Claude (1985d). Musique et perception
Risset, Jean-Claude (1998). Quelques observations sur l’espace et la musique aujourd’hui
Risset, Jean-Claude (1999b). Pierre Schaeffer : recherche et création musicales et radiophoniques
Risset, Jean-Claude (2001b). Problèmes posés par l’analyse d’œuvres musicales dont la réalisation fait appel à l’informatique
Risset, Jean-Claude, Sousa Dias, Antonio de, Lorrain, Denis, Pottier, Laurent (2002). De {Inharmonique} à {Resonant Sound Space} : temps réal et mise en espace
Robert, Martial (2005). Ivo Malec et son studio instrumental
Rousselier, Samuel (2002). Sonorités élastiques
Roy, Stéphane (2003a). L’analyse des musiques électroacoustiques : modèles et proposition
Roy, Stéphane (2003b). L’utopie, contrée fertile de l’aventure électroacoustique
Rudi, Jøran (1996). L’électroacoustique en Norvège - Un site en construction
Savouret, Alain (2002). Electroacoustique et perspective phonoculturelle
Schaeffer, Pierre (1971). De l’expérience musicale à l’expérience humaine
Schaeffer, Pierre (1976). La musique par exemple. Positions et propositions sur le Traité des objects musicaux
Schaeffer, Pierre (1977, 2002). De la musique concrète à la musique même
Schaeffer, Pierre, Brunet, Sophie (1969). Pierre Schaeffer. Reflexions
Schaeffer, Pierre, Pierret, Marc (1969). Entretiens avec Pierre Schaeffer
Smalley, Denis (1999). Établissement de cadres relationnels pour l’analyse de la musique postschaefferienne
Teruggi, Daniel (1999). L’interactivité dans les processus de création sonore et musicale
Teruggi, Daniel (2001b). Après une écoute de {Sud}
Teruggi, Daniel (2001b). Après une écoute de {Sud}
Teruggi, Daniel (2001c). La musique électroacoustique en Italie
Teruggi, Daniel (2004b). Quel esprit pour demain ?
Teruggi, Daniel, Couprie, Pierre (2001). Les {Presque rien} de Luc Ferrari. {Hétérozygote} et les {Presque rien}
Teruggi, Daniel, Dunkelman, Stefan, Coppe, Dimitri (1997). Daniel Teruggi, directeur INA-GRM
Teruggi, Daniel, Romano, Marta (2001). Entretien avec Daniel Teruggi, Directeur du Groupe de Recherches Musicales (GRM)
Thibault, Alain (2002). Culture numérique et électroacoustique
Thomas, Jean-Christophe (2001). Sur l’expression de la nature dans les musiques électroacoustiques
Thomas, Jean-Christophe (2002). Aspects d’Orphée
Thomas, Jean-Christophe (2003a). Ivo Malec : trouvaille, minimalisme et théâtralité
Thomas, Jean-Christophe (2003b). Entrons dans {Camera oscura} et son Labyrinthe avec l’auteur
Tiffon, Vincent (2003). La partition, le phonographe et l’échantillonneur : usages de la copie en musique
Tiffon, Vincent (2004). La musique mixte : avenir de la musique électroacoustic ?
Torra-Mattenklot, Caroline (2000). Illusionnisme musical
Truax, Barry (1996d). Sons et sources dans {Powers of Two} : vers un mythe contemporain
Vaggione, Horacio (1998a). L’espace composable. Sur quelques catégories opératoires dans la musique électroacoustique
Vaggione, Horacio (2002). Décorrélation microtemporelle, morphologies et figurations spatiales
Vande Gorne, Annette (1995). Une histoire de la musique électroacoustique
Vande Gorne, Annette (1998). Les deux côtés du miroir : la mariée est-elle trop belle ?
Vandenbogaerde, Fernand (1977). De la diffusion des musiques électroacoustiques
Veitl, Anne (2001). Les musiques électroacoustiques et la politique culturelle : repères historiques
Verin, Nicolas (1998). Spatialisation : interprétation, composition, improvisation ?

 

Top