Spectralisme

Genres et catégories [G&C]

 ]

Le spectralisme est un terme appliqué à des œuvres de compositeurs depuis les années 80 dans lesquelles l’utilisation de sons d’instruments, de voix et de sons environnementaux sert de modèles à partir desquels différents éléments de la composition musicales (par exemple, les microstructures, les macrostructures ou le contenu harmonique) sont générés ou extraits. Le terme vient du mot “spectre” et la composition des œuvres spectrales a été facilité par l’utilisation de l’ordinateur permettant l’analyse spectrale, la modélisation et la représentation du son (de nombreux compositeurs spectraux ont travaillé à Paris à l’IRCAM, lieu dans lequel les recherches spectrales ont été privilégiées durant les années 80 et 90). Les œuvres spectrales sont souvent écrites pour des instrumentistes, des chanteurs, des musiciens de live electronics ou des bandes dans le cas d’œuvres mixtes électroacoustiques. Les critiques et les disciples se réfèrent aux compositeurs spectraux tels que Kaija Saariaho, Tristan Murail, Gerard Grisey, Magnus Lindberg.

 

Bibliography:

English - Español - Français - Deutch - Italiano

Alphabetical order - Chronological order

Battier, Marc (2002b). L’opéra et les technologies du son artificiel
Battier, Marc (2003c). Science et technologie comme sources d’inspiration
Battier, Marc, Nouno, Gilbert (2003). L’électronique dans l’opéra de Kaija Saariaho, {L’amour de loin}
Bossis, Bruno (2004a). {Mortuos Plango, Vivos Voco} de Jonathan Harvey ou le miroir de la spiritualité
Harvey, Jonathan, Corlaix, Omer (1999). Jonathan Harvey, l’âme ailée
Lorieux, Grégoire (2004). Une analyse d’{Amers} de Kaija Saariaho
Saariaho, Kaija, Hoitenga, Camilla, Karttunen, Ansi, Barrière, Jean-Baptiste, Stoianova, Ivanka, Mathieu, Jean-Baptiste (1999). Prisma
Stevance, Sophie M. (2005). De l’univers acoustique aux sphères électroniques : l’itinéraire du timbre dans le {Clair-Obscur} parasité de Roger Tessier

 

Top