Musique concrète

Musicologie et musique électroacoustique [MME]

 > 

Théorie schaefferienne

 ]

Lorsque Pierre Schaeffer a baptisé Concrète, en 1948, la musique dont il était l’inventeur, il voulait marquer que cette nouvelle musique partait du concret sonore, du son entendu, pour chercher à en extraire des valeurs musicales abstraites. Et ceci à l’inverse de la musique classique, laquelle part d’une conception et d’une notation abstraites qui mènent à une exécution concrète. Pierre Schaeffer voulait réagir ainsi contre les « excès d’abstraction » de l’époque mais il n’en cherchait pas moins à « reconquérir » cet abstrait musical. Reconquête qui, pour lui, devait obligatoirement passer par un retour au concret. (Source - Michel Chion (1983). Guide des Objets Sonores. Eds. Buchet/Chastel, Paris)

 

See also

Abstrait/Concret

,

Acousmatique

,

Théorie schaefferienne

 

Links

UNESCO DigiArts

- Introduction à l’histoire et à l’esthétique des musiques électroacoustiques: Session 3 - Du sonore à l’artistique: le timbre musical reconsidéré ( French )

 

Bibliography:

English - Español - Français - Deutch - Italiano

Alphabetical order - Chronological order

1-60 | 61-120 | 121-180 | 181-240 | 241-300 | 301-312 | >> 60 next

Vande Gorne, Annette (1995). Une histoire de la musique électroacoustique
Varèse, Edgard (1983). 1953-1965 : Invention du futur
Verin, Nicolas (1998). Spatialisation : interprétation, composition, improvisation ?
Vinay, Gianfranco (2003). La ’’recherche’’ de François Bayle. Portrait de l’artiste

 

Top