Abstrait/Concret

Musicologie et musique électroacoustique [MME]

 > 

Théorie schaefferienne

 ]

dans la théorie schaefferienne, Abstrait et concret sont les deux « isotopes du réel », les deux faces de toute perception, interdépendants et complémentaires, qui doivent être, dans la musique, conciliées et équilibrées, contre les excès de concret (dans la musique concrète « sauvage ») ou les excès d’abstrait (dans les musiques « a priori », sérielle ou autres).

Lorsque Pierre Schaeffer a baptisé Concrète, en 1948, la musique dont il était l’inventeur, il voulait marquer que cette nouvelle musique partait du concret sonore, du son entendu, pour chercher à en extraire des valeurs musicales abstraites. Et ceci à l’inverse de la musique classique, laquelle part d’une conception et d’une notation abstraites qui mènent à une exécution concrète.

Le tableau fondamental des 4 écoutes est fabriqué en croisant, horizontalement et verticalement, les 2 oppositions fondamentales que l’on retrouve dans toute activité de perception : Objectif/Subjectif et Abstrait/Concret.

L’Objet sonore, le corrélât de l’Écoute réduite, se définit comme la synthèse d’une visée abstraite et d’une visée concrète qui se reportent sur lui, au lieu de viser à travers lui en un sens (abstrait) ou une source (concrète). (Source - Michel Chion (1983). Guide des Objets Sonores. Eds. Buchet/Chastel, Paris)

 

See also

Musique concrète

,

Quatre écoutes

 

Bibliography:

English - Español - Français - Deutch - Italiano

Alphabetical order - Chronological order

Bayle, François, Daubresse, Eric, Jaffrennou, Pierre-Alain, Nicolas, François, Risset, Jean-Claude (1998). L’espace et l’électroacoustique
Bosseur, Jean-Yves (2001). Musique concrète/peinture abstraite
Chion, Michel (1986a). Une ontologie de la musique concrète
Dack, John (2002b). Abstract and Concrete

 

Top